top of page

Cette nuit-là

Linwood Barclay

Il y a des petits romans policiers qu’on lit comme ça, sur une envie subite, juste pour se vider la tête après une lecture forte et émotionnellement éprouvante. « Cette nuit-là » a été une manière efficace de passer d’un livre fort à un autre.

« C’est ça la vie. La vie, c'est se demander tout le temps, ça va arriver quand? Parce que si ça fait très, très longtemps que ce n'est pas arrivé, vous savez que vous êtes sacrément redevable. »

Un matin de 1983, Cynthia, 14 ans, se réveille. La maison est vide. Son père sa mère et son frère ont disparu, la laissant seule. Une enquête est menée, nulle trace n’est trouvé de la famille de l’adolescente.

25 ans plus tard, toujours à la recherche de réponses, Cynthia participe à une émission télévisée, espérant relancer l’enquête sur la disparition de ses proches. À la suite de la diffusion, les événements s’enchaînent, des rencontres, des filatures, des violations de domicile. La jeune quarantenaire doute, s’interroge, désespère et craint de sombrer, dans la folie ?

Son mari, Terry, l’épaule du mieux qu’il peut. L’aidant à accepter tout ce qui lui arrive, il prend les rênes d’une investigation avec elle, d’abord, puis seul, ayant comme unique objectif de les protéger elle et leur petite fille Grace. Chaque étape ses découvertes. De plus en plus sordides, de plus en plus saugrenues…

« Il est parfois plus facile de dire des choses très personnelles à un étranger. Comme si c'était moins déstabilisant de se confier à quelqu'un qui ne vous connait pas. »

C’est un roman sans grande prétention. Un thriller qui se lit facilement, avec un niveau de langue accessible, rapide, efficace. On n’est pas dans ce qu’on peut appeler de la grande littérature, mais ça remplit son office : détendre, passer le temps, penser à autre chose. Et passer un bon moment ! Il y a parfois des éléments et des personnages en trop, des indices un peu trop gros et une intrigue qui se rapproche de ce que j’ai pu trouver dans les romans Higgins Clark : c’est cousu de fil blanc mais tout de même prenant.

J’avais besoin d’un livre comme celui-ci après « la carte postale ». Maintenant, je vais pouvoir repasser aux choses sérieuses !


« Appelle-moi demain. Si d'ici là j'ai besoin d'une conversation intelligente, je parlerai à mon miroir. »
8 vues0 commentaire

Posts similaires

Voir tout

Comentários


bottom of page