top of page

Chinoises

Xinran

Il était une fois, un pays où les pires horreurs se sont réalisées dans le silence.

Il était une fois un pays qui condamnait des citoyens sur des prétextes aussi variés qu’incompréhensibles (« quoi ? Tes grands-parents ont passé une semaine au Japon il y a 25 ans ? Allez hop, en prison, sale contre-révolutionnaire ! »).

Il était une fois, un pays pour dans lequel les femmes étaient un bien de consommation, comparées à de la morue salée une fois mariées (le poisson bien beurk mais qui se conserve et qu’on est bien content de pouvoir se mettre sous la dent quand on n’a plus rien à manger).

Toutes ces femmes qui ont vécu - et survécu - à la révolution culturelle en Chine sont des héroïnes. Certaines ont vu l’horreur, beaucoup l’ont subie. Et il aura fallu beaucoup de courage à la journaliste Xinran, non seulement pour recueillir les témoignages mais aussi et surtout pour les publier. Elle le dit elle-même, cela n’aurait pas été possible en Chine, malgré l’ouverture et les changements qui s’opèrent depuis 1980. Elle a donc publié depuis la Grande-Bretagne.

2 vues0 commentaire

Posts similaires

Voir tout

Comments


bottom of page