top of page

Jane Eyre

Charlotte Brontë

C’est le premier grand roman que j’avais dévoré au collège (je devais être en 5ème), une histoire qui a bercé mes illusions romantiques d’adolescentes.

Presque 25 ans plus tard, je l’ai savouré avec le même plaisir, la même innocence, le même émerveillement (et le même romantisme)!

Jane est une orpheline, élevée tant bien que mal par une tante qui la déteste et le lui fait savoir. L’enfant finit par être admise dans un pensionnat rude, où le manque de moyen met la vie des jeunes filles en danger.

Mais elle s’en sort. Elle décide de devenir autre chose : une préceptrice. Ce choix lui permet de quitter l’école et de rencontrer l’amour – en la personne de M. Rochester – mais aussi la peur, dans les murs de sa nouvelle demeure. S’ensuivent des retournements, des fuites, des rencontres et surtout, surtout, Jane grandit, murit, et se retrouve elle-même.

L’amour triomphe, parce que c’est Charlotte Brontë, et ce n’est pas divulgacher que de le dire. Mais ici aussi, l’important n’est pas la destination, c’est le chemin parcouru !

Posts similaires

Voir tout

Comments


bottom of page