top of page

La faille

Franck Thilliez

« Un mot de travers peut ruiner votre vie. Plus de débat. Plus de mea culpa possible. On adule ou on guillotine en quelques jours seulement.»

Comme chaque année depuis déjà pas mal de temps, j’assure le rendez-vous du printemps avec Franck Thilliez. Après un mois sans avoir craqué pour la moindre nouveauté, revenir à l’actualité avec cet auteur que j’aime tant était une évidence !


« si dieu existait, alors il manquait de temps pour veiller sur toutes les âmes. »

Le corps d’une femme a été retrouvé dans une forêt. Il semblerait que l’assassin revienne sur les lieux du crime pour assouvir des fantasmes sacrément malsains. En menant l’enquête, Sharko et son équipe débusque le criminel, mais alors qu’ils sont sur le point de l’appréhender, il s’attaque à l’une des flics puis se suicide.

S’ensuivent deux affaires. La première, interne à l’équipe, concerne Audra. Enceinte au moment de son agression, elle est déclarée en mort cérébrale. Se pose la question de son maintien en vie, et donc de celui du fœtus.

La seconde débute par la nécessité d’identifier le cadavre trouvé dans les bois. D’indices en découvertes, Sharko, Lucie et Pascal vont peu à peu s’enfoncer dans une enquête sombre, violente et délirante. Une investigation où les délires de l’Homme n’ont d’égaux que ses progrès scientifiques. Où le trépas et ce qu’il y a après est au cœur des projets les plus macabres, les plus scabreux et les plus effrayants. La question se pose alors : qu’y a-t-il après la mort ? En revient-on ? et si oui, pourquoi ? Comment ? Et surtout : dans quel état ?


« La mort est la disparition définitive de la personne humaine, étant entendu que ce qui sépare les vivants des morts est l'activité ou non du cerveau »

Il est difficile d’en dévoiler davantage sur cette nouvelle enquête de Sharko. Tout tient dans le suspense, les non-dits, les indices qui se dévoilent les uns à la suite des autres, comme une chaîne de dominos.

Bien sûr, il nous tient en haleine, comme à chaque fois. Des chapitres courts, dynamiques, qui empêchent cependant de lâcher le roman tant l’intrigue est palpitante. C’est aussi pour cela qu’on lit Thilliez : pour être pris au piège de son suspense.

Au demeurant, on appréciera également son approche toujours aussi scientifique. Alors certes, il y a des éléments qui peuvent paraître complètement délirants, proches de la science-fiction, mais le fait est que ses sources, citées en fin d’ouvrage, apportent du crédit à ses dires. Même si, pour être complètement honnête, j’ai été quelque peu dérangée par l’issue de l’enquête - justement parce qu’elle me paraissait complètement rocambolesque- je dois avouer que d’avoir pousser les recherches encouragées par l’auteur en fin d’ouvrage m’ont permis de mieux comprendre son positionnement et les possibilités que la science de 2021 et les avancées technologiques allaient permettre de réaliser dans des temps pas si éloignés.

Se posent les questions de possibilité, mais surtout de délai et d’éthique. Parce qu’au final, qu’il s’agisse du coma d’Audra ou des objectifs de l’assassin, nous sommes amenés à réfléchir sur les limites que l’on se pose, que l’on s’impose, dès lors qu’il s’agit de vie, de mort, et de respect.

Ce n’est pas le meilleur des Thilliez, mais comme à chaque fois, c’était un bon moment de suspense et aussi d’apprentissage…


« Souviens-toi que tu vas mourir.»

4 vues0 commentaire

Posts similaires

Voir tout

Comments


bottom of page