top of page

La Proie

Deon Meyer

Mi-juillet (2020), dans l'Obs, double page sur cet auteur de polar sud-africain, inconnu de ma bibliothèque. Souvent séduite par les recommandations de l'hebdo, je décide de suivre ses conseils... et grand, grand bien m'en a pris !

Deux intrigues qui n'ont, à priori, rien à voir :

D'un côté, Griessel et Cupido, deux "Hawks" (comprendre l'élite anti-criminalité d'Afrique du Sud) mènent l'enquête sur le meurtre d'un ancien flic de VIP (ce qui doit correspondre à une brigade spécialisée dans les affaires et la protection des personnalités importantes du pays). Le crime a eu lieu dans le train le plus luxueux du monde, et recèle d'énormément de mystères.

De l'autre côté, Daniel, assistant d'un ébéniste autiste de Bordeaux, voit sa petite vie tranquille bouleversée suite à l'agression d'une femme qu'il aide, une nuit d'été. Son passé le rattrape et il se retrouve entraîné dans une affaire dont il ne voulait pas...

Deux histoires, indépendantes l'une de l'autre. Mais tellement bien écrites, tellement bien ficelées qu'en vrai, je n’ai pas vu grand-chose arriver.

Deon Meyer est censé être l'un des dix auteurs de polars préférés des français (c'est marqué sur la quatrième de couverture), je ne le découvre que maintenant, mais je comprends.

Il écrit bien, va droit au but, crée des personnages attachants et intègres. Il décrit par ailleurs une Afrique du Sud en grande souffrance, aux prises avec la corruption et la violence, mais avec beaucoup plus de douceur et de délicatesse que Caryl Ferey.

La Proie aura été une chouette lecture d'été et la découverte d'un auteur que je vais continuer à suivre, en reprenant ses premiers opus !

2 vues0 commentaire

Posts similaires

Voir tout

Comments


bottom of page