top of page

# Murder

Gretchen McNeil

En voilà une belle surprise que ce roman chiné dans le rayon jeunesse de ma bibliothèque ! Bon, pas « jeune jeunesse » (je ne le mettrais pas dans les mains de ma fille de 10 ans) mais ado, juste à côté des Twilight et autres Hunger Games.

Alcatraz 2.0 est une île prison où sont incarcérées des personnes condamnées à mort. Mais leurs exécutions sont confiées à une bande de tueurs en série tous plus fous les uns que les autres, gérés par le pire de tous, le Postman. C’est lui qui est à la tête de ce système, qui a créé cette île et qui en récolte les bénéfices car tout, ici, est diffusé en direct à la télévision. C’est le reality-show de la mort.

Dee, 17 ans, a été condamnée pour le meurtre de sa demi-sœur. Meurtre qu’elle n’a bien évidemment pas perpétré. Dès son arrivée sur l’île, elle réussit à tuer son bourreau. Elle devient alors une héroïne damnée, et tous ceux qui l’entourent se retrouvent en danger.

Ce n’est pas de la grande littérature, certes, mais ça remplit grandement son office : ce roman se lit vite et bien. Il est prenant, bien construit (limite prévisible mais bon) et il y a une bonne intrigue. C’est un bon moyen de se détendre avant de s’attaquer à plus ardu, une chouette découverte, qui donne envie, qui plus est, de lire la suite !

 

​Le premier tome, vous avez pu le constater, m'a très agréablement surprise. Dommage que le second ait été aussi alambiqué.


Suite à la fermeture d'Alcatraz 2.0, les héros ayant réussi à s'en échapper sont sous le coup de menaces de morts, les empêchant de vaquer à leurs occupations et les obligeant à se cacher. Du coup, on ne fait que les croiser dans ce deuxième volet.

En parallèle, un nouveau concept d'émission est lancé : "Qui veut devenir un Maliac" ? il s’agit participer à un show de Télé-réalité dans laquelle de faux tueurs en série commettront de faux meurtres mais avec une vraie originalité. C'est dans ce contexte que Steph et Becca vont se rencontrer et vivre plein d'aventures, d'abord en se haïssant puis... vous le devinez.

Et ça aurait dû s'arrêter là en fait. Le fait d'inclure dans l'intrigue un complot politique visant à dénoncer la connivence entre le président des USA et les Russes n'était pas une bonne idée. Surtout quand on devine dans ce "dirigeant du monde libre" Sieur Donald et ses tribulations.

C’est dommage donc que l'auteure soit partie dans cette direction qui alourdit le roman, qui avait pourtant de quoi plaire.


La lecture est fluide et rapide, il y a du suspense, on tremble et on se réjouit avec les héros, mais il y a de grosses coupes à faire, de mon point de vue.

Posts similaires

Voir tout

Comentarios


bottom of page