top of page

Pour l'amour d'Elena

Yasmina Khadra

Aussi surprenant que cela puisse paraître, le roman 2021 de Khadra m'était complètement passé à côté. Sans doute mon inconscient estimait que 9 ou 10 mois entre deux livres, c'était trop court. Et la déception provoquée par "Le Sel de tous les oublis" m'a justement fait oublier cet auteur que j'aime pourtant beaucoup.


Cette année, Khadra nous emmène au Mexique, dans l'une des villes les plus dangereuses au monde : Ciudad Juárez. C'est là que se retrouve Diego, notre jeune héros. Après avoir assisté impuissant à l'agression de sa fiancée dans leur village natal, il a décidé de la retrouver dans cette cité où elle a fui. Pendant plus d'un an, il s'enfoncera dans les vices et les horreurs, allant jusqu'à tuer, pour assurer sa protection et le succès de sa quête : retrouver Elena et obtenir son pardon.


Khadra maîtrise parfaitement plusieurs éléments primordiaux de la narration : d'abord, la psychologie des personnages, ensuite la description des lieux. A chaque roman, on a l'impression d'y être. Pire, on a ENVIE d'y être. Kaboul, Bagdad, Juárez... Les villes sont magnifiées, humanisées. Loin de nier la violence des lieux, l'auteur sait comment montrer le positif malgré tout.


"Il est des territoires où les jours se clonent uniquement pour renouveler leur décrépitude. Chaque matin se lève avec un tas de promesses pour rentrer le soir, une main devant, une main derrière, du sang sur l'une, du cambouis sur l'autre".

En ce qui concerne l'état d'esprits des protagonistes, je me suis souvent dit : "pfffff, il est lourd là"... mais avec un peu de recul, je réalise que Diego a une vingtaine d'années, il sort d'un bled paumé et se retrouve dans une ville pourrie, gangrénée. Il est en perte de repères, en perte de sens, en perte d'amour... et il reste, malgré tout ce qu'il traverse, non pas un adulte mais un grand enfant. Bien sûr qu'il se pose des questions, bien sûr qu'il est têtu et obstiné, bien sûr qu'il fait de mauvais choix et écoute les mauvaises personnes. Il est naïf et colérique ? Bien sûr ! Il a 20 ans, il est paumé, et confronté à rien de ce qu'il ne connaissait ni ne soupçonnais dans sa vie d'avant.


D'abord pleine d'espoir puis sceptique en tournant les pages lues, je suis maintenant plus compréhensive envers ce roman plein de jeunesse, d'espoir et d'amour, thèmes qui sont, je pense, ceux que Khadra maîtrise le mieux, quelque soit le lieu dont il se saisira, où il nous donnera envie d'être...


C’était pour apprendre à dire les mots qui seyaient à sa beauté que je m’étais mis à dévorer les bouquins...


Posts similaires

Voir tout
bottom of page