top of page

Du côté des Indiens

Isabelle Carré

Voici un roman qui me laisse un peu, voire beaucoup perplexe. J’ai entendu l’auteure/ actrice parler de son ouvrage dans une édition de « La grande Librairie » et son discours m’avait plu, voire même séduite. Elle en parlait comme une sorte de « vie devant soi » d’Ajar aka Gary.


Alors effectivement, un enfant de 10 ans est d’abord au centre de l’intrigue. Un soir, il se rend compte que son père trompe sa mère avec la voisine du 5ème étage de son immeuble. C’est l’enfance qui s’écroule. Et il apprend à connaître la fameuse maîtresse. Et nous, lecteurs, faisons la connaissance de Muriel, ancienne actrice brisée par un réalisateur un peu trop entreprenant.

De là, le pont est fait avec le père de famille adultère : qu’est-ce qui l’a poussé à prendre le risque de la tromperie, de la double vie ?

Et la boucle se referme avec le portrait de la mère, qui subit mais en même temps provoque cet abandon.


C’est très très très résumé, dans la mesure où il y a beaucoup de tours et de détours dans ce roman, des liens qui ne sont pas toujours aisés à établir et une culpabilité partagée entre tous les personnages de ce carré maudit.

Il s’agit avant tout de la perte d’innocence, de la responsabilité, des conséquences plus ou moins graves de nos actes, sur nous-même et sur les autres.


Je me rends compte, en me relisant, que c’est finalement un bon livre… gâché, en fin de compte, par cette fin que je n’ai pas comprise tant elle est « en dehors de tout ».

1 vue0 commentaire

Posts similaires

Voir tout

Comments


bottom of page