top of page

Pur Sang

Franck Bouysse

C’est un cadeau qui m’a été fait que cette nouvelle publication de celui qui m’avait bouleversée avec Né d’Aucune femme. Une nouvelle fois, je me suis plongée dans cette lecture sans à priori autre, sans idées du voyage que j’allais faire, à l’aveugle…


« … même si on cesse de respirer, la vie ne s'en va pas d'un coup, elle laisse encore traîner ses oreilles un moment pour les choses importantes qui n'ont pas été dites.»

Elias est un jeune garçon, élevé dans le Montana par un couple d’indiens issus de la tribu des Nez-Percés. Toute sa vie, il a été aimé et choyé par ce couple. Quand Papa Tulsa décède, Elias a 18 ans et une partie de son monde s’écroule. Le reste s’effondre lorsque Mama Tulsa quitte le monde, non sans avoir, au préalable révélé au jeune homme d’où il venait, qui étaient ses parents biologiques et où se trouvent ses origines.

Comme alors pour Elias un voyage à la recherche de son histoire, qui le conduira dans un coin reculé de France. Là, il fera la connaissance de John Gray, écossais reclus dans sa petite propriété forestière, qui connaît tout de la région et des récits qui la nimbe de mystère. C’est grâce à lui qu’Elias y découvrira une vérité qu’il n’est pas sûr d’accepter, d’assumer. Mais au moins, il rentrera dans le Montana en sachant, ce qui est tout de même préférable à l’ignorance, car cela laisse le choix.


« Le problème, c'est que les curés mettent le blasphème au-dessus de l'ordre des choses.»

Ce roman, écrit en 2014 et réédité cette année par les éditions Phébus, est annoncé comme le premier volet d’une série. On sent dans cette écriture une certaine hésitation, une légèreté de ton qu’il n’y a pas dans Né d’aucune femme ou Buveurs de Vent, beaucoup plus sombres. Le cheminement d’Elias est important et semble puissant, mais je n’ai malheureusement pas été transportée comme je l’imaginais. Savoir que cet écrit a déjà 10 ans me réconforte cependant, car cela explique une certaine maladresse.

Ceci étant, la recherche qu’entreprend le jeune garçon, alternée avec l’Histoire de la fuite des Indiens Rêveurs, de la tribu des Nez Per-percés, est intéressante dans ce qu’elle révèle de la capacité à encaisser : son histoire personnelle, celle de ses parents biologiques, celle de sa tribu d’adoption.

C’est une lecture facile qui fait réfléchir à la manière dont on réagirait en de pareilles circonstances et qui donne envie d’en savoir plus, tant sur le protagoniste que sur ce peuple meurtri que sont les indiens d’Amérique… suite au prochain tome…

« C'est parce que la vie est simple. Ce sont les hommes qui sont compliqués. Ils se tortillent en attendant la mort et ils oublient bien souvent de vivre.»
6 vues0 commentaire

Posts similaires

Voir tout
bottom of page